Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy Lewis
Pocket - 183p

Pourquoi j'ai mangé mon père

# Présentation #

Utilisant avec réussite le principe ancien qui consiste à transposer dans une époque (la préhistoire), la pensée d'une autre (la nôtre), Roy Lewis nous conte les efforts de nos ancêtres les demi-singes dans leur lutte acharnée pour la survie et la prospérité de l'espèce. Voilà que nos ancêtres sont à la croisée des chemins, face à une nature hostile et à une foule de prédateur. Un tournant de l'évolution qu'il est crucial de négocier en douceur, sous peine d'extinction. Or, voilà qu'Edouard, hominien à l'esprit éclairé, découvre le feu. Une trouvaille qui sauve la famille certes, mais déplaît fort à son frère Vania, qui prédit la fin du monde, milite pour la viande crue et le retour dans les arbres... Roy Lewis fait ici de l'anachronisme sa seule loi et revisite avec brio les grands thèmes de société : l'éducation, le rôle de la femme ou l'éternel combat entre progressistes et réactionnaires. Il aborde également l'écologie, la famille et pose la question cruciale de la maîtrise du progrès technique par le biais de cette fresque grandiose, hilarante et moderne.

# Mon Avis #

Un apologue hilarant.

Dans ce court roman, Roy Lewis nous présente une préhistoire totalement décalée.
Attention cependant: il ne faut pas s'attendre à un ropman historique. Les faits sont à peu près réalistes, mais on note quand même des anachronismes et autres libertés prises avec l'Histoire [ à la limite, si vous voulez du roman plus documenté, reportez vous sur la saga de Jean Auel, Les Enfants de la Terre].

En effet, ce livre est avant tout une histoire humoristique visant à faire réflechir. Un roman philoso-drôlatique en somme, dans la lignée de Voltaire [enfin, presque!].
L'humour est plutôt fin, fortement ironique. Il s'appuie beaucoup sur des effets de décalage: les personnages portent des prenoms aristocratiques, les dialogues alternent language soutenu et familier...mais surtout, cette fable peut aisément se transporter de nos jours: sous ces pithécanthropes déjantés, c'est notre société que l'on peut deviner, avec [déjà!] ces défauts, des idéaux opposés, ses combats...

Bref, un excellent moment de détente mélé de réflexion. Je vous le conseille fortement.