Le mois de Juillet fut placé en grand partie sous le signe de l'Histoire, et plus particulièrement de ma chère Marie-Antoinette...

Et oui, je ne vous en avais encore jamais parlé, mais allez savoir pourquoi, je suis fascinée par cette Reine... Sa vie, sa personnalité m'intriguent et m'émeuvent. J'ai donc profité des vacances pour faire une petite incursion dans son monde...

 

 

 

 

 

 

 
La Modiste de la Reine de Catherine Guennec 11
JC Lattès - 330p

 

 

 

 

La Modiste de la reine

Jeune couturière pauvre, elle quitte Abbeville et sa Picardie natale pour venir travailler à Paris. Elle vole vite de ses propres ailes et ouvre son magasin : Le Grand Mogol. Le règne de Louis XV touche à sa fin. Bientôt, elle prend le chemin de Versailles et sa vie s'éclaire d'une rencontre inattendue, une flamboyante et royale amitié. En Rose Bertin Marie-Antoinette a trouvé son ministre des modes. Coiffure à la Belle Poule, pouf aux sentiments, chapeau feu d'opéra, bonnet à la chercheuse d'esprit ou en sorcière, quès aco... Les créations de la divine Bertin explosent de diversité, d'invention. Et Paris devient la capitale du bon goût. Avec ce roman vrai, Catherine Guennec exhume un destin de femme éblouissant, audacieux, traversé de hasards magnifiques, d'amours secrètes, d'amitiés indéfectibles. Où l'on croise Jeanne du Barry, Vigée Le Brun, la Polignac, Marie-Thérèse de Lamballe, le Chevalier d'Eon, Chateaubriand, Greuze, Paul Ier de Russie... Et où se rejoignent, pour le dernier bal, tous les acteurs insouciants d'une page de l'histoire qui s'achève.

 

 

 

 

 

Un ouvrage délicat, sensible, passionnant.

 

 

 

 

 

L'auteur nous dresse un magnifique portrait de femme; une femme décidée, ambitieuse, qui, au crépuscule de sa vie, décide de livrer ses mémoires, peut-être pour tempérer les remords qui l'agitent. Avec elle se sont ouvertes devant moi les portes de Versailles, les coulisses de la Cours et de la mode du XVIIIème. Périple passionnant au milieu des tissus, des intrigues, dans un monde où le temps semble suspendu, où règne la "douceur de vivre" dont se souvient Talleyrand...

 

 

 

 

 

En effet, derrière la vie de la jolie modiste  se dessinent des personnages célébres, et surtout, un touchant tableau de Marie-Antoinette. Le Reine est constamment présente, elle imprègne les pages de son parfum, de ses fleurs, de ses robes. Ce n'est pas vraiment sa vie, pas vraiment son histoire qui nous est contée là, mais plutôt un bel hommage, un aperçu de la Reine, que l'on observe par la "petite porte"...

 

 

 

 

 

Au final, cela donne un très beau livre, porté par une narratrice attachante, une Reine touchante et une plume alerte, presque poétique.

 

 

 

 

 

Pour finir, je vous livre une jolie citation de Rose Bertin:

 

 

«  Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié. »

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Vigée Le Brun de Françoise Pitt-Rivers
Gallimard - 267p

 

 

 

 

 

Madame Vigée Le BrunCélèbre et célébrée très jeune dans toute l'Europe, Mme Vigée Le Brun occupe une place de choix dans l'histoire de la peinture de la fin du XVIIIe siècle. Portraitiste attitrée de la reine Marie-Antoinette, elle a tenu au bout de son pinceau toute la société aristocratique qui brillait à Versailles de ses derniers feux, tous les grands personnages de l'émigration et des cours de Naples, Vienne et Saint-Pétersbourg. Mais on rencontre aussi, dans la galerie de portraits qu'elle a laissée, des peintres, ses amis, des comédiens, des musiciens, de jolies femmes aimées pour leur beauté. Vers la fin de sa vie, en plein romantisme, période où elle ne retrouvait pas la sensibilité qui avait été la sienne, elle a écrit des Souvenirs, aussi intéressants par ce qu'ils cachent que par ce qu'ils racontent. Pour faire le portrait de la portraitiste, il fallait aller plus loin : percer le mystère de la personne, découvrir au-delà de l'apparence plus que gracieuse ce qui pourra la rendre plus vraie. C'est à quoi nous convie Françoise Pitt-Rivers, en retraçant le parcours d'une femme d'exception dans l'Europe française de la fin des Lumières, au temps de la douceur de vivre.

 

 

 

 

 

Cette fois-ci, c'est une véritable biographie dont je vais vous parler.

 

 

 

 

 

Je l'ai lu surtout afin d'en apprendre un peu plus sur l'univers Marie-Antoinette, comme ce fut le cas avec La Modiste de la reine.  Sur ce point, j'ai été un peu déçue, car la Reine est finalement peu évoquée, et n'apparait que dans quelques anecdotes.

 

 

 

 

 

Cela mis à part, j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir la vie de cette femme attachante et courageuse, bourrée de talents...et de contradictions. Forte et fragile, simple et raffinée, elle m'a touchée et j'ai suivi avec interêt les péripétie de sa vie mouvementée. Le monde de la peinture est finement évoqué, le style est agréable.

 

 

 

 

 

Bref, une bonne lecture, pas bouleversante, mais intéressante tout de même.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Antoinette, L'Insoumise de Simone Bertière 11
Le Livre de Poche - 920p

 

 

 

 

 

Marie-Antoinette, l'insoumiseCe livre raconte la vie de Marie-Antoinette, tour à tour aimée et haïe des Français, passant de la cour de Vienne aux fastes de Versailles, dont elle fuit le rituel pesant pour se réfugier dans son cher Trianon, prisonnière au Louvre puis enfermée au Temple, jugée à la Conciergerie, montant enfin à l'échafaud à 43 ans avec un courage, une dignité à laquelle ses pires ennemis rendent hommage. Conjuguant anecdotes et analyses, Simone Bertière nous donne ici, grâce à son retour aux sources, à une relecture critique des documents, à des enquêtes d'archives qui lui permettent de remettre en cause bien des idées reçues, un livre désormais incontournable sur ce personnage souvent transformé par la légende.

 

 

 

 

 

On passe aux "choses sérieuses" ;))

 

 

Cette biographie est la 4ème que je lis sur Marie-Antoinette - les précédantes étant : Chère Marie-Antoinette de Jean Chalon, Marie-Antoinette de Zweig et Marie-Antoinette, la Mal-aimée d'Hortense Dufour.

 

 

 

 

 

Et franchement je peux bien dire que pour l'instant elle est pour moi la meilleure. Incontestablement. Si vous ne devez lire qu'une bio de MA, alors lisez celle-là.

 

 

 

 

 

Elle est très complète. Simone Bertière a réalisé une belle synthèse du climat géo-politique de l'époque, dans un exposé  instructif mais jamais ennuyeux. Elle ne se contente pas de parler de MA, ses proches bénéficient également de portraits fouillés, sensibles. Tout ceci permet d'avoir une meilleure vue d'ensemble et de mieux comprendre la Dauphine puis la Reine.

 

 

 

 

 

En effet, S.Bertière tente de comprendre MA, d'expliquer ses actions.  Le portrait dressé est sans concession, mais toujours avec affection, bien que les défauts et les qualités de la reine soient exprimés avec une certaine impartialité. Ni Messaline, ni pure & blanche martyre, MA nous apparaît comme une jeune femme énergique, romantique avant l'heure, trop moderne pour son époque.  Jeune fille immature, elle est jetée dans une monde frivole et blasé, fermé sur lui-même. Par calcul, pour avoir la paix, elle sera longtemps maintenue dans une position enfantine, où son énergie, sa volonté, sa force, ne pourront s'appliquer qu'à des objets frivoles. Sans excuser ses fautes, S. Bertières les explique et les remets à leur juste place.

 

 

 

 

 

Vous l'aurez compris, je suis conquise par cette merveilleuse biographie, tout simplement passionnante.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, enfin, une petite fantasie:

 

 

 

 

 

La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda 11 11
Editions Kana - 2 tomes (environ 900 pages chacun)

 

 

 

 

 

La Rose de Versailles #1

 

 

La Rose de Versailles #2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1755. La naissance d’une sixième fille dans la famille Jarjayes cause bien des soucis, on décide alors que cet enfant sera un garçon afin de pouvoir succéder à son père à la protection royale : Oscar sera son nom. La même année, en Autriche, Marie-Antoinette, future Reine de France, arrive au monde. Leur destin vont se lier dans les intrigues politiques et personnelles de la Cour de Versailles, où l'on croisera Mme de Polignac, Rose Bertin, Jeanne de La Motte, Robespierre et bien d'autres...

 

 

 

 

 

Vous l'aurez reconnu, c'est ce manga qui a inspiré la merveilleuse série TV "Lady Oscar".
Si vous avez aimé les aventures d'Oscar, André, Marie-Antoinette, Fersen et cie, alors vous ne pourrez que tomber sous le charme de ce fabuleux manga.

C'est une histoire pleine de bruit et de fureur, de passion, d'émotion à l'état pur, au coeur d'une époque troublée. Le côté historique est plutôt approfondi, et le portrait de Marie-Antoinette - basé sur la bio de Zweig - reste correct, bien que romancé. L'histoire en elle-même est passionnante, les péripéties s'enchaînent et il est difficile de reposer le livre. Les personnages sont extrémement touchants, plus "humains"  me semble-t-il que dans l'anime. Oscar est différente, plus fragile.

Qaunt aux dessins, ils sont peut-être un peu kitsch au début, mais le trait s'affirme au fil de l'oeuvre, pour finalement donner de très belles images...

Bref, j'adore, j'adore, j'adore...et je pleure, je pleure, je pleure... ;))