Bon j'avoue cet été mes lectures n'ont pas été très variées: fantasy, Marie-Antoinette, quelques bricoles et puis un peu de fantasy ^^ Mais bon ça risque quand même de vous lassez un peu, je laisse donc ces lectures pour plus tard...

J'ai donc pioché dans les "bricoles" pour trouver autres choses que de la fantasy . Alors changement de décors: direction la Russie. J'avais un peu peur de me remettre à la littérature russe, j'en gardais un souvenir très bon mais assez triste [j'avais dévoré Anna Karénine au collége...et je n'en garde qu'un vague souvenir, la fin surtout m'a marqué].

M'enfin , pour commencer, j'ai préféré choisir un court roman:

Premier amour de Ivan Tourgueniev
Librio - 96p

Premier amour

" Quelle fille excitante que Zinaïda ! " écrit Flaubert à Tourgueniev à propos de son roman. " C'est une de vos qualités de savoir inventer les femmes. Elles sont idéales et réelles. Elles ont l'attraction et l'auréole. "
Irrésistible du haut de ses vingt et un printemps, la capricieuse et attirante Zinaïda fait chavirer le cœur du jeune Vladimir Petrovitch, seize ans à peine. Premier amour et premiers tourments d'un enfant épris de la jolie princesse pour l'avoir vue par-dessus la palissade de son domaine... Mais lorsque Zinaïda devient froide et mystérieuse, d'étranges soupçons envahissent l'esprit de Vladimir. Quel est donc ce rival secret qui l'éloigne de lui ?


Je ne sais trop comment m'exprimer sur ce roman. C'est en effet très court et pourtant assez intense.  Tourgueniev nous livre ici une histoire malheureuse, désesperante, très intime. La naissance du premier amour du jeune Vladimir, naïf, un peu rêveur, est merveilleusement bien décrite.  Le style est beau, l'intrigue prenante.

Pourtant j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages; le héros est touchant mais...peut-être que l'histoire est trop courte justement.Oh, le format correspond bien à l'histoire, ensuite ce serait sûrement du remplissage. Néanmoins, je ne suis pas totalement conquise.

Au final, c'est une belle lecture, agréable, simple, mais pas non plus bouleversante.

 


 

 

Guerre et Paix de Tolstoï 11
Le Livre de Poche - 1563p (tome 1 : 776p / tome 2 : 787p)

Guerre et paix, tome 1Guerre et paix, tome 2

1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d'une chronique familiale. Une fresque sociale où l'aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l'ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.

1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l'intrigue psychologique, prend une dimension d'épopée historique et se change en récit d'une époque. La "Guerre" selon Tolstoï, c'est celle menée contre Napoléon par l'armée d'Alexandre, c'est la bataille d'Austerlitz, l'invasion de la Russie, l'incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.

Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d'une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l'inéluctable marche de l'Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.   (Lénaïc Gravis et Jocelyn Blériot - Amazon.fr )

Roman psychologique, chronique historique, essai sur l'Histoire et les historiens...Guerre & paix, c'est tout ça, et bien plus encore.

Cette oeuvre inclassable m'a éblouie par sa richesse, sa profondeur. C'est une fresque immense,guerrière, et surtout très humaine. L'histoire d'une guerre et de 2 empereurs, Napoléon et Alexandre. L'histoire de plusieurs personnages, qui aiment, doutent, évoluent; meurent, parfois. L'histoire d'un peuple aussi, le peuple russe. Et l'histoire de l'Histoire, l'avis de Tolstoï sur les évènement, leurs origines, et son refus de tout expliquer par l'action d'un seul homme.

Devant nos yeux défilent les armées, on assiste aux combats, sans jamais être ennuyés. Et surtout, on suit des personnages tous différents, mais extremement attachants, qui m'ont beaucoup touchés.

Bref, une grande oeuvre, magistrale,  parfois épique parfois intime, toujours passionnante et d'un style ô combien agréable. Merci Tolstoï.