Le Treizième conte de Diane Setterfield, éditions PLON, 390 p. (broché) 11




# le résumé de l'éditeur #

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du mond, s'est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd'hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l'extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Margaret Lea est une injonction : elle l'invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l'imaginaire ; et elle ne croit pas au récit de Vida. Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité. Dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question de maisons hantées et de sœurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres. [
j'adhère totalement à cette derniere phrase]


# Mon avis #

Que dire, si ce n'est: LISEZ LE!

Ce roman m'a captivé dès les premières lignes. J'ai été étonnée, émue, amusée....j'ai vécu avec Margaret pendant les quelques 400 pages qui composent ce livre dense et inoubliable.

L'ambiance qui s'en dégage est très particulère. Un peu sombre, dans la lignée des romans gothiques anglo-saxons: vieille demeure, lande sauvage, mystères, fantômes, personnages tourmentés...
On trouve néanmoins un certain humour, délicat et incisif à la fois.
Les personnages sont attachants, ils nous intriguent, et nous entraînent avec eux dans cette histoire étrange.

Bref, un roman magique, entre hymne à l'amour des livres et conte gothique.J'ai été littéralement envoutée, comme j'ai pu l'être par Jane Eyre, ou Les hauts de Hurlevent.....
Une lecture dont on ressort vidé.
Sublime