Le Général du Roi de Daphné du Maurier
Le Livre de Poche - 430p  [ se trouve aussi en édition récente chez Phébus Libretto]

# résumé #

Honor Harris, jeune fille de l’aristocratie provinciale, mérite bien son prénom : fière, intraitable, entière, elle professe un goût de la liberté qui s’accommode mal de la demi-mesure, et cultive – en silences autant qu’en paroles – une fidélité à ses principes qui ignore superbement le compromis. Ceux qui font les frais de ces vertus la prennent pour un garçon manqué, une orgueilleuse, une peste – selon les points de vue. Ils se trompent. Elle attend tout simplement de rencontrer une âme taillée à l’aune de ses exigences: un être à aimer.
Elle le trouvera vite… en la personne du seul esprit « libre » qui croisera son chemin : Sir Richard Grenvile (le personnage est historique), soudard au service du Roi, stratège de génie, beau monstre sans le sou mais non sans ambition. En lui sont réunis les qualités et les vices les plus flamboyants – tous portés à l’incandescence : générosité et cruauté, machiavélisme et panache, aveuglement et intuition, appétit de vivre et goût du malheur. Nul doute : Honor est faite pour lui. Mais les choses ne sont jamais simples en cette terre de Cornouailles où la tempête est l’élément ordinaire de la vie…

# Mon Avis #

Vous allez me dire que je varie peu mes auteurs: après Wilkie Collins, voilà que je vous harcéle avec Daphné du Maurier.
Peut-être... Cependant cette dernière en a bien besoin.

Trop peu connue de nos jours, injustement résumée à  une simple auteure de roman d'amour [argh...autant dire que les scénarios d'Hitchkock ressemblent à ceux des Feux de l'amour!], Daphné du Maurier mérite que l'on parle d'elle et que l'on ressorte ces romans de l'ombre où ils s'abîment de façon indigne.
Elle posséde un talent rare pour le suspense, la justesse psychologique, la complexité de l'intrigue. Avec un style clair et envoûtant, elle instaure dans ses romans un climat particulier, différent à chaque fois mais toujours palpable. Ses personnages, profonds, poursuivent le lecteur et semblent posséder une vie propre échappant au cadre du récit. certe l'amour est souvent évoqué, mais sans miévrerie ni guimauve [d'ailleurs les véritables "happy end" sont rare chez Du Maurier.

Voilà pour l'auteur. Passons maintenant au livre proprement dit.

Et bien comme toujours, c'est un très beau roman que nous a concocté Daphné du Maurier. Cette fois-ci, elle nous entraîne au coeur de la première révolution anglaise, sur les traces de deux héros au caractère bien trempé. La réalité flirte avec la fiction, pour mon plus grand plaisir. Peut-être que cet aspect historique empêche l'installation de la fameuse "ambiance" propre à l'auteure. Cependant, le suspense est encore là, ainsi que la beauté du style, la justesse du portrait psychologique. Une fois la dernier ligne lu, la mélancolie s'est emparée de moi...

En vérité, nous sommes en présence d'un roman qui, cette fois, ne dégage pas son atmosphère pendant la lecture, mais après...et  ça, c'est peut-être encore pire...